[creation site internet] [logiciel creation site] [creation site web] [Institut du Tout-Monde]
[Institut du Tout-Monde]
[Institut du Tout-Monde]
[]
[Archives 2017]
[Séminaire 2016-2017]
[Cycles de l'ITM]
[Mémoires des esclavages]
[Prix Carbet]
[Prix Glissant]
[MA2A2]
[Adhérer]
[]
[]
[Les liens du Tout-Monde]
[]
[Prix Carbet - 2014]
[]
[]
[Prix Carbet]
[Prix Carbet - 2015]
[Prix Carbet - Archives]
[Archives 2017]
[Adhérer]
[Séminaire 2016-2017]
[Prix Glissant]
[Prix Carbet - 2016]
[Dossiers]
[Dossiers]
[Dossiers]
[Dossiers]
[Dossiers]
[Dossiers]
[Dossiers]
[Dossiers]
[Dossiers]
[Dossiers]
[Mémoires des esclavages]
[]
[]
[Cycles de l'ITM]
[Penser la Caraïbe]
[Cycle Traduction]
[Diversité des expériences et causes communes]
[Cycle "Le Chant du Monde"]
[Cycle Art]
[MA2A2]
[Inscription Newsletter]
[MA2A2]
[Poétiques de résistance]
[Les MOOC de l'ITM]
[]
[MOOC Traduction]
[Colloques]
[Pôle numérique]
[Pulbications]
[Les Écrans du Tout-Monde]
[Les Écrans du Tout-Monde]

____________

D'ordinaire, c'est à l'auteur couronné de poser des mots,

les bons mots, pour dire combien il est comblé, heureux, flatté, fier, surpris, saisi, immensément reconnaissant envers l'Eternel

et les femmes et hommes du jury d'avoir été distingué.

D'habitude c'est lui qui parle ou déparle ou pleure. Lui qui ouvre la bouche. Boucle sa bouche sans plus tenir compte de ce peuple de personnages qui continue de grossir, de marcher, de survivre, qui continuera de vivre bien longtemps après lui.

En recevant ma couronne de plumes, en saisissant ce micro,

c'est d'abord, surtout, la voix de Biram qui me revient et résonne.

Cette voix qui chante : « Je veux manger du caviar à l'arrière d'une limousine, transpirer dans une chemise Pierre Cardin, je veux boire du coca au bord de ma limousine bleue, je veux mixer comme Bob Sinclair, shooter comme Zidane, faire du skate sur la Cinquième avenue, je veux porter des manteaux en fourrure l'été, recevoir des msn de Beyoncé, je veux faire mon shooting en basket Jordan……. »

Marcher le monde, c'est ce que fait Biram. Marcher le monde parce que le monde, dans son intuition première, dans sa nature géographique profonde, n'a pas de murs, pas de frontières, pas de barbelés, pas de marge, pas de périphérie, pas de centre, pas de bout. Parce que Glissant a raison de nous ramener à la relation, de nous rappeler qu'un homme vaut l'homme, qu'un homme c'est tout moun.

En recevant aujourd'hui ce prix de 25 ans d'âge et de je ne sais combien d'hectares de terres et d'îles -Il y a dans la liste des auteurs présélectionnés, l'Américaraïbe, en venant rafler mon prix, je me sens tout de bon comblée, heureuse, flattée, fière, étonnée, saisie, reconnaissante et surtout pleine de sève et de sang pour les livres à venir.

Il faut écrire.

Il faut écrire encore pour se consoler d'hier, explorer les enjeux d'aujourd'hui, pressentir les tremblements  de demain.

Encore, écrire, encore pour que ce grand jour historique fasse des petits, pour qu'un mur ne soit plus un mur qui empêche de rentrer et de sortir, mais une fenêtre sur, un chemin vers. Une lézarde.

  

___________

___________

DISCOURS DE RÉCEPTION DU PRIX

CARBET PAR FABIENNE KANOR

_________________________

_________________________

LIEN : Voir la page consacrée à Fabienne Kanor sur le site "Île en île"

_________________________

Pour cette odyssée sans gloire qui dévoile les échecs et les impasses des rêves impossibles,

Pour cette lecture désenchantée du Tout-Monde,

Pour son portrait sans complaisance de l’exil et de l’émigration clandestine,

Pour son interrogation lucide sur la place de l’individu dans l’économie de la mondialisation,

Pour sa présentation de la complexité et de la fragilité de l’humain,

Pour son humour acidulé qui atténue l’âpreté du texte,

Le jury du Prix Carbet de la Caraïbe et du Tout-monde réuni ce jour à La Havane dans le cadre de sa 25e édition, à l’unanimité,décerne son prix à Fabienne Kanor pour son roman Faire l’Aventure.

  

A Louis Sala-Molins, pour son essai Esclavage Réparation. Les lumières des capucins et les lueurs des pharisiens (Éditions Lignes, 2014). Le jury a ainsi tenu à le saluer pour l'ensemble de ses travaux consacrés à la question de l'esclavage. Il a tenu aussi à saluer sa recherche sans cesse innovante dans le domaine de l'histoire des esclavages et d'une méthode qui consiste à faire émerger ses traces enfouies grâce à la révélation des documents. Il a tenu enfin à saluer son engagement intellectuel et politique en faveur de la conscience de ce phénomène historique en vue d'une future relation sereine et apaisée entre les mémoires des peuples des mondes colonisés et colonisateurs.

 

A Yanick Lahens pour Bain de lune (Sabine Waspieser Éditeur, Prix Fémina 2014), pour ce portrait complexe du monde rural haïtien présenté avec sensibilité et sans condescendance ; cette traversée des troubles politiques et sociaux qui ont marqué la société haïtienne à travers leurs implications pour le monde rural : ce nouvel élan donné au roman paysan.

MENTIONS SPÉCIALES  DU JURY_____________________________________________________

___________

___________

DÉCLARATION DU JURY

LAURÉAT 2014 : Fabienne Kanor,

pour son roman Faire l'aventure (J.C. Lattès, 2014)

____________

© INSTITUT DU TOUT-MONDE

NOUS REMERCIONS CHALEUREUSEMENT

NOS DIFFÉRENTS PARTENAIRES :