[creation site internet] [logiciel creation site] [creation site web] [Institut du Tout-Monde]
[Dossiers]
[Dossiers]
[Dossiers]
[Dossiers]
[Dossiers]
[Dossiers]
[Dossiers]
[Dossiers]
[Dossiers]
[Dossiers]
[Institut du Tout-Monde]
[Institut du Tout-Monde]
[]
[Archives]
[Séminaire 2016-2017]
[Cycles de l'ITM]
[Mémoires des esclavages]
[Prix Carbet]
[Prix Glissant]
[MA2A2]
[Adhérer]
[]
[]
[Les liens du Tout-Monde]
[]
[Dossiers]
[Dossiers]
[Dossiers]
[]
[Archives]
[Adhérer]
[Séminaire 2016-2017]
[Prix Glissant]
[Prix Carbet - 2016]
[Dossiers]
[Dossiers]
[Dossiers]
[Dossiers]
[Dossiers]
[Dossiers]
[Dossiers]
[Dossiers]
[Dossiers]
[Dossiers]
[Mémoires des esclavages]
[]
[]
[Cycles de l'ITM]
[Penser la Caraïbe]
[Diversité des expériences et causes communes]
[Cycle Traduction]
[Cycle "Le Chant du Monde"]
[Cycle Art]
[Inscription Newsletter]
[Poétiques de la résistance]
[Recherche - Colloques]
[Recherche - Pôle numérique]
[Recherche - Publications]
[MOOC]
[]
[MOOC]
[MA2A2]
[MA2A2]
[Les Écrans du Tout-Monde]
[Les Écrans du Tout-Monde]

Par Loïc Céry, Directeur du pôle numérique de l'ITM

Ce dossier est mis en ligne conjointement à notre

partenaire Édouard Glissant.fr.

SUITE DU DOSSIER :

Il ne serait pas viable sans l'adhésion de la jeunesse, qui y trouvera des motifs d'enthousiasme et d'action. L'insertion et l'emploi sont irréalisables en dehors d'une intention collective et d'une visée commune.

Il ne serait pas viable s'il ne favorisait pas, dans la chair même de notre lieu, des vitalités culturelles, linguistiques et artistiques, capables d'éveiller notre regard et de renouveler notre imaginaire de nous-mêmes et du monde. Ce projet ne serait pas viable s'il n'est pas total, c'est à dire s'il n'englobe pas tous les secteurs d'activité, agriculture, tourisme, agroalimentaire, médecine, pêche, communication, lutte contre la pollution, système éducatif, secteurs de production et de consommation, etc. Toute entreprise biologique isolée est fragile et périssable.

Il ne serait pas viable s'il n'aménageait un calendrier progressif de transformations. La prudence réaliste et l'audace de la conception globale se renforcent mutuellement. Il ne saurait se développer de manière isolée, en dehors de l'effort et de la solidarité des autres pays de la Caraïbe ou des voisins continentaux de la Guyane. Cet espace devenu solidaire devrait se constituer en une des zones bleues du monde.

Ceci dit, des milliers de problèmes concrets s'ouvrent et s'offrent à notre détermination et à notre patience. Nous suggérons que les axes de développement d'un tel projet soient étudiés, proposés au débat et à l'approbation publique, et mis à la disposition des élus responsables, des syndicats, des décideurs économiques, des éducateurs, des créateurs et des régisseurs culturels, des animateurs de la jeunesse et des sports, des préposés à la santé publique ..., de tous les acteurs de la société civile, qui auront à charge d'en aménager le processus.

Nous sommes convaincus que si un tel projet global n'est pas acceptable par tous, il faudra de toutes manières en inventer un autre, qui ne pourra généralement se définir qu'autour de cette nécessité d'une production à valeur ajoutée. C'est dans un tel cadre que les espaces de liberté politique cesseraient d'être des coquilles vides. Et c'est un projet de cette nature qui nous mettrait à même de mieux définir et préciser ces espaces à conquérir.


L'auto-organisation génère ce tissu vivant dont tout peuple a besoin

Ce n'est pas la dépendance en soi qui entrave le plus l'esprit de liberté. Et par ailleurs, qui pourrait en ce monde d'aujourd'hui échapper aux dépendances et aux interdépendances ? Non, la dépendance mortifère c'est celle qui n'engendre aucun espace d'auto-organisation. L'auto-organisation est le propre de l'organisme vivant. La décentralisation, avancée ou pas, ne détermine aucun possible d'auto-organisation. La décentralisation ne saurait supporter l'apparition d'un organisme nouveau. Il en est de même pour l'autonomie qui ne connaît que l'horizon de son statut et la focalisation d'un centre qui l'autorise. Décentralisation ou autonomie seraient des tissus inertes si elles ne se dépassaient pas en projet.

Seuls les espaces de souveraineté, rendus nécessaires par un projet global, peuvent supporter le nouveau, l'inattendu, la combinaison imprévisible, l'organisme Vivant qui évolue et qui s'équipe. Seul l'espace de souveraineté permet l'auto-organisation, qui ne se ramène pas à une élémentaire autogestion.

La liberté s'envisage dans l'interaction entre les dépendances organiques, les interdépendances nécessaires, et la pratique de l'auto-organisation.

Celle-ci élargit les possibles, elle introduit du jeu dans le système, permet que s'enclenchent des réactions en chaînes d'initiatives, d'innovations, de choix, de stratégies, de tentatives et de recommencements. Un jeu politique réel s'introduit alors dans un dispositif qui doit inventer ses équilibres. Ce qui a fait de la départementalisation une mécanique vicieuse c'est qu'elle n'avait aucun jeu dans ses rouages, et que le choix, l'invention, l'aventure politique se sont trouvés canalisés dans des tunnels bouchés d'avance. Nous ne prétendons pas décider au nom de tous. Et nous ne demandons par conséquent ni liberté venue d'en haut, ni statut décidé, ni décision offerte, ni destin clé en main. Mais nous prenons le pari que la France assumera les responsabilités qui sont les siennes, après plus de quatre siècles de colonisation, d'esclavage, et de domination départementalisée.

Nous désirons - en partenariat avec la France, en fraternité aussi, avec affection toujours - que s'ouvrent les possibilités concrètes du choix, du contact créateur, de l'alternative féconde, de la nécessité d'aller et d'inventer - toutes choses qui dans leur mouvement suscitent la liberté de l'esprit.

Nous réaffirmons que le statut de ce statut, ou de cette orientation, ne peut être que celui de créer les conditions d'émergence de ce projet global que nous ambitionnons, et qui à son tour, introduira de manière déterminante dans l'écosystème de la dépendance et de l'assistanat, les distorsions fécondes et les ruptures fondatrices que permet l'auto-organisation.

Que les Guadeloupéens, les Guyanais, les Martiniquais décident, sur la gestion de leur sol et de leur environnement, sur les questions de la formation de l'enseignement, de la justice et de la santé.

Que les Guadeloupéens, les Guyanais, les Martiniquais disposent par eux-mêmes, pour leur implication dans le tissu caribéen, ou continental, et leur participation aux dynamiques sociales, culturelles et économiques de l'espace américain. Qu'ils puissent accéder de manière directe aux institutions internationales qui régissent le commerce du monde, de même qu'aux entités, européennes ou autres, qui se créent de par le monde.

Que les Guadeloupéens, les Guyanais, les Martiniquais définissent et régentent les ressources fiscales et autres qui seront nécessaires au fonctionnement de leur projet.

Que les Guadeloupéens, les Guyanais, les Martiniquais, par leur vote, instituent dans chacun de leurs pays, une Assemblée nouvelle dotée de pouvoirs dans les domaines précités. Cette Assemblée nommerait un exécutif qui aurait la charge de mettre en œuvre les politiques définies et les orientations du projet global accepté par nos populations.

Que cette Assemblée soit notre lieu d'auto-organisation, dans un partenariat avec la France restitué à l'estime mutuelle, à l'échange véritable, au partage fraternel.


Patrick CHAMOISEAU, écrivain

Gérard DELVER, directeur culturel de la ville de Basse-Terre

Édouard GLISSANT, écrivain

Bertène JUMINER, écrivain, professeur des universités




  

MANIFESTE POUR UN PROJET GLOBAL

Manifeste pour refonder les DOM


Édouard Glissant, Patrick Chamoiseau,

Bertène Juminer et Gérard Delver.



Le monde, et non pas seulement la France, est à notre horizon. Si nous, Guadeloupéens, Guyanais, Martiniquais, ne réagissons pas à cette situation nouvelle, si nous n'entrons pas audacieusement et directement dans ce débat des accords et des antagonismes universels, dont les règles sont si impitoyables et si imprévisibles, nous ne nous apercevrons même pas du moment où nous aurons commencé d'être, non pas des poussières, mais des résidus de ce jeu planétaire.

La Guyane, malgré ses caractères spécifiques (son appartenance continentale, l'étendue de son territoire, la diversité vertigineuse de son peuplement, massivement amérindien, africain, asiatique et européen, la présence sur son sol d'un impressionnant consortium international à Kourou, le voisinage des autres Guyanes et du Brésil avec lesquels elle partage forcément des devenirs communs), est engagée dans le même processus d'aménagement de son statut politique et administratif, et considère avec soin sa solidarité historique avec la Guadeloupe et la Martinique.

Aujourd'hui, s'agissant de notre actuel statut, les déclarations de nos responsables politiques ont réamorcé un processus de révision. C'est le moment de rappeler quelques principes qui résument nos convictions, ces outils par lesquels nous rendons fructueuses nos incertitudes. C'est peut-être aussi le moment de mettre ces convictions en partage, comme autant d'évidences, et sous le mode de l'offrande.


Un peuple ne se développe pas dans l'irresponsabilité collective

La départementalisation a mis en œuvre des processus indéniables de modernisation, d'élévation du niveau de vie, d'amélioration générale des conditions d'existence et des rapports sociaux, mais elle s'est aussi pervertie en un syndrome d'assistanat généralisé, de dépendance accrue, et d'une anesthésie qui se renforçait à mesure que les transferts publics augmentaient en ampleur. Il faut ajouter le mal-être généralisé et l'invalidation des pouvoirs locaux renvoyés à leur impuissance à chaque passage d'un grand commis gouvernemental porteur de subsides et de décisions. Et encore, cette consommation hyperbolique par laquelle nous nous dispensons si plaisamment d'investir, de nous projeter, de construire. Le devenir de la consommation est alors la consommation elle-même, qui va jusqu'à consumer ses acteurs. L'échec est là, et même les partisans de l'assimilation sont obligés aujourd'hui de reconsidérer ou de relativiser leur terrible absolu.

Par la départementalisation la France nous a fait accéder à son monde.

Il nous faut accéder par nous-mêmes aux horizons du monde.


Un statut ne sert pas d'âme vivante à un peuple

Tout statut est un outil au service d'une intention, d'un désir, d'une projection vers le monde. La lutte pour le changement de statut est certes légitime. Mais cet ensemble complexe naît de ce que l'on pourrait appeler un projet. Le projet n'est pas un programme, c'est d'abord une stratégie, un cadre dynamique offert aux enthousiasmes et aux réalisations. Il donne du sens à chaque désir, chaque intention, chaque projection, il lie ensemble les énergies et les vouloirs, il crée une liberté collective qui alimente chaque liberté individuelle, laquelle nourrit l'ensemble. Le projet, parce qu'il est réellement consenti par tous, préserve des décisions unilatérales, des dérives autarciques, des automatismes institutionnels stériles. Et c'est le projet qui génère ses lieux de pouvoirs, de possibles, qui rend nécessaire tel ou tel cadre juridique. C'est le projet qui sécrète le statut qui lui est nécessaire, et non le contraire. Là où le statut a purement et simplement remplacé le projet, on a vu persister les dépendances et les assistanats, même dans des cadres de responsabilité élargie, on a vu des désirs de retours en arrière et des appels à une réactivation de la sujétion, on a vu le geste inachevé incapable d'actionner l'espace qui lui était donné. L'autonomie de la pensée, la souveraineté de l'imaginaire, la liberté de l'esprit sont, ici, des conditions incontournables.


En plaidant pour la conception d'une telle utopie réaliste, qui accompagnerait et fonderait la lutte pour tout statut nouveau, nous invoquons en fait cette liberté initiale sans laquelle aucune liberté ne peut s'envisager: la liberté de la pensée. Un esprit libre est d'abord soucieux de trouver le moyen de faire converger les énergies, les désirs, les intentions, de leur donner un sens, sinon unique, du moins global. La capacité à définir un projet global est, pour un peuple, le signe qu'il est déjà libre, et que fort de cette liberté, il est en mesure de construire ses libertés.

Notre incapacité à penser/vouloir un projet est sans doute la résultante du corset départemental qui engoue encore nos imaginaires de solutions dépendantes et assistées, solutions qui nous posent des problèmes et qui nous stérilisent. La dépendance-assistanat déréalise toute résistance ; elle invalide l'intuition juste en l'empêchant de se doter d'outils réalistes performants. Ce système exclut tout ce qui ne lui est pas conforme, ou propice, et se révèle incapable de comprendre ou d'admettre la nécessité de la moindre audace ; il prolifère ainsi jusqu'à ce qu'il s'asphyxie lui-même. Au fur et à mesure qu'il s'épuise, ce système génère pourtant des pulsions évolutives par lesquelles, paradoxalement, il se maintient. Revendiquer un statut sans concevoir un projet global n'est pour nous qu'une pulsion évolutive. Pas un écart déterminant.


Une liberté dont les structures sont prédéterminées détruit à terme la liberté

Il n'est pas question, et il serait scandaleux, de méconnaître l'ouvrage de ceux, politiques et techniciens, qui depuis si longtemps travaillent dans le cadre du système actuel et qui d'ailleurs, confrontés aux impasses de ce même système, réclament aujourd'hui qu'on le dépasse, par les aménagements ou par la transformation radicale. Mais la liberté ne peut provenir d'en haut. Elle émerge du dedans. Ce que l'on reçoit passivement vous maintient en position sous-ordonnée. Ainsi voit-on apparaître dans nos débats politiques un nouveau discours: celui d'un assimilationnisme nationaliste, qui nomme le pays à chaque mot, mais comme pour mieux le dissoudre. Ici, le rôle de la France ne devrait pas être de décider des cadres de notre liberté, même après consultation, mais d'ouvrir ce qui avait été fermé, de dénouer ce qui avait été noué, d'oxygéner les zones où l'asphyxie avait été permise. Briser le sac DOM-TOM. Déclencher des espaces de souveraineté susceptibles d'être évolutifs. Depuis l'amas de décombres des solutions rapportées, nous mesurons que les seules avancées qui vaudront seront celles qui naîtront de nous-mêmes, qui susciteront des verticalités intimes, de celles qui maintiennent d'aplomb la réalité des libertés.


Convenir d'un projet qui nous rassemble est un acte fondateur

Que pouvons-nous faire ensemble pour exister au monde ? Comment concilier notre nécessaire responsabilité collective avec les réalités économiques universellement et férocement triomphantes ? Le moment est venu de débattre publiquement de ce que beaucoup d'entre nous pensent, l'un à part l'autre.

La transformation progressive du tissu économique et social de la Guadeloupe, de la Guyane, de la Martinique ne peut se faire en dehors de la mise en œuvre d'un projet global qui préparerait l'avenir en tenant compte du présent.

Nos pays ne peuvent envisager de solutions à mettre en œuvre, ni leur calendrier, dans la perspective, par exemple, d'une industrialisation lourde, d'une agriculture extensive, d'un tourisme exclusif ou d'une hypertrophie du secteur tertiaire, commerce de consommation, etc... Dans tous ces domaines, notre retard ou nos impossibles sont irrattrapables.

Notre seule ouverture est celle d'une production diversifiée à valeur ajoutée, (la valeur ajoutée étant cette donnée spécifique dont l'exploitation permet un profit et un développement réel) comme celles qu'ont mises en œuvre la plupart des petits pays qui aujourd'hui disposent de leur propre sort. Dans le concert baroque du monde actuel, nous croyons à l'avenir des petits pays. Autrement dit, nous croyons qu'il n'y a pas de petits pays, il n'y a que de grands projets.

Les conditions générales des Antilles, de la Guyane et de la Caraïbe (des îles, ou des espaces facilement nettoyables, aisément transformables) font que la valeur ajoutée que nous pouvons envisager résulterait d'une production à caractère biologique, dont la demande grandit irrésistiblement sur le marché mondial. Il nous faut occuper ce créneau.

C'est pourquoi, depuis quelques temps déjà, certains d'entre nous ont proposé de mettre en place en Martinique le projet global d'une économie centrée sur des produits biologiques diversifiés, et de conquérir sur le marché mondial le label irréfutable « Martinique pays à production biologique », ou « Martinique, premier pays biologique du monde ».

Nous appelons les Guadeloupéens, les Guyanais et les Martiniquais à considérer la nécessité d'une telle orientation, même si dans chacun de ces pays un projet de cette nature peut passer par des voies différentes, par exemple un accomplissement technologique en Guyane.

En ce qui concerne le projet biologique les difficultés sont immenses et nous n'en signalons ici que quelques-unes de caractère très général.

Un tel projet ne saurait être imposé d'en haut, il devrait être l'affaire de tous, débattu par tous. Il ne serait pas viable si une seule composante de notre réalité s'en tenait à l'écart ou en était exclue, par quelque mécanisme ou quelque préjugé que ce soit.







  

prise en compte d'un nouvel échelon globalisé d'exercice de la souveraineté, la potentielle évolution du modèle républicain centralisateur sous les effets de ces évolutions-là. Au cours du débat, sont abordés aussi les aspects de ce qui sous-tend le manifeste, à savoir la prééminence dans cet ensemble, de la question de l'identité collective qui cherche le juste terrain de sa réalisation politique. Un entretien dense au cours duquel les deux écrivains sont interrogés par Patrick Chesneau et Audrey Pulvar. À revoir cette archive, on mesure combien Édouard Glissant comme Patrick Chamoiseau, à l'image du manifeste qu'ils ont co-signé quelques mois auparavant, sont à la recherche des conditions d'incarnation d'un projet caractérisé par son aspect intégral (politique, social, écologique, culturel), sans faire de la question institutionnelle le carcan qu'elle a longtemps représenté dans ce type de débats aux Antilles françaises. Prenant acte de l'évolution des conditions d'exercice d'une souveraineté nationale, ils militent l'un comme l'autre pour une adaptation du cadre institutionnel à la réalité d'une maturation collective du peuple martiniquais, ce qui ne les empêche pas de demeurer fermes sur les moyens à obtenir : une autonomisation des processus décisionnels, une maîtrise des leviers de développement, la réalisation d'une assemblée unique. On aura l'occasion plus loin d'envisager dans quelle mesure ce texte a pu essaimer par la suite dans la réflexion des uns et des autres. Il est prioritaire d'en prendre connaissance, avant tout.

Le contexte institutionnel du manifeste de 2000 : les perspectives du modèle corse


Sur le terrain institutionnel, le manifeste publié en janvier, sous une première dénomination de "Manifeste pour refonder les DOM", prône la création d'une assemblée unique, en lieu et place des conseils régional et général, et une autonomie accrue. Bien sûr, dans le contexte actuel, de la mise en place depuis janvier 2016, seize ans après ce manifeste donc, de la nouvelle Collectivité territoriale de Martinique, on ne peut s'empêcher de penser aux accents précurseurs du texte. Il faut aussi se souvenir que quelques mois après la publication (qui aura suscité de nombreux débats en Martinique), le contexte politique est marqué par les perspectives assez novatrices que suscitent aux Antilles le plan pour la Corsé élaboré par Lionel Jospin (alors Premier Ministre du second gouvernement Chirac) : en juillet, Jospin présente aux représentants des deux assemblées corses un plan allant de 2000 à 2004, prévoyant entre autres des transferts de compétences inédits, la potentialité de révisions constitutionnelles quant au statut de l'île, une adaptabilité des dispositions législatives nationales, et in fine la création de cette assemblée unique réclamée par les élus corses. En Martinique, le plan Jospin pour la Corse est accueilli dans une certaine effervescence et le manifeste de Glissant, Chamoiseau, Juminer et Delver connaît dès lors une nouvelle audience, car ce qui était vu comme utopique en janvier, étant donné le statu quo déjà ancien, est désormais envisagé comme crédible.

Reçus sur le plateau d'Antilles Télévision (ATV) en juillet, quelques jours après l'annonce du plan pour la Corse, Édouard Glissant et Patrick Chamoiseau débatent de ces perspectives nouvelles (voir archive vidéo), dans l'enthousiasme de voir les faits peu à peu se rapprocher de la prospective explorée par le manifeste publié en janvier : la reponsabilisation des élus locaux, la

Mais cette nouvelle étape d'une réflexion qui conjugue ces trois pôles dans le dessein de modèles inédits aura été préparée en quelque sorte, par le tournant du Manifeste pour un projet global qui en janvier 2000, défriche de nouvelles perspectives de développement pour les Antilles, loin des immobilismes institutionnels et des conformises idéologiques, réclamant une nouvelle phase de pensée du politique au sens large. Tout se passe en ce tournant crucial, comme si les schèmes de l'anticolonialisme, tant parcourus auparavant, trouvaient dans ce moment de formlulation nouvelle, un déploiement décuplé et prenant acte des impasses de l'heure : celle de d'une sclérose de la départementalisation, celle d'un impensé des dégâts d'un capitalisme mondialisé, celle d'une identité qui ne trouve pas de traduction de souveraineté. Ce déploiement ne se restreint pas à un état des lieux, mais épelle un certain nombre de voies nouvelles, autour de principes d'une économie politique repensée à l'aune du global. Le manifeste est publié pour la première fois dans dans Antilla, N° 867, daté du 14 janvier 2000 et sera republié dans Le Monde quelques jours plus tard, le 21 janvier 2000 : Manifeste pour refonder les DOM (dit Manifeste pour un projet global), co-signé par Édouard Glissant, Patrick Chamoiseau, Bertène Juminer et Gérard Delver.

Édouard Glissant, à la croisée d'une nouvelle pensée du politique


Tous ceux qui auront observé de près l'articulation de la pensée et de l'action chez Édouard Glissant au tournant d'une accentuation de l'ouverture de sa réflexion aux notions de Tout-monde et de Relation à partir des années quatre vingt dix, auront compris combien l'écrivain, conscient qu'il était de l'impact de sa pensée, faisait en sorte dans le même temps de repenser le collectif intellectuel, jusqu'à l'énonciation même de ses engagements publics. On se souvient bien sûr de son rôle fédérateur et intercesseur au sein du Parlement international des écrivains (dont il assume la présidence honoraire en 1993), on se souvient aussi que les années deux-mille marqueront la signature d'un certain nombre de manifestes collectifs, textes essentiels qui scandent une vigilance toute particulière devant le devenir de sociétés livrées aux effets dévastateurs de la mondialisation, ou à la montée des enfermements identitaires. Le plus souvent co-signés avec Patrick Chamoiseau, ces manifestes ont été amplement diffusés et ont constitué à leur manière des instruments d'action et d'alerte : Quand les murs tombent pourfend en 2007 la création du Ministère de l'identité nationale par le gouvernement de Nicolas Sarkozy ; L'intraitable beauté du monde (Adrese à Barack Obama) célèbre en 2009 l'élection du premier président noir à la tête des États-Unis. En 2009, c'est avec un collectif d'intellectuels antillais qu'il signe le Manifeste pour les "produits" de haute nécessité, véritable aspiration à un nouveau modèle économique, politique et écologique pour les Antilles encore en pleine crise sociale.

© INSTITUT DU TOUT-MONDE

LE MANIFESTE POUR UN PROJET GLOBAL (JANVIER 2000) :

L'avenir d'une écopolitique caribéenne

  

  

___________________________________

___________________________________

LES DOSSIERS DE L'INSTITUT DU TOUT-MONDE


  

(Édouard Glissant, Une nouvelle région du monde, 2006)

"Nous avons rendez-vous où les océans se rencontrent..."