[creation site internet] [logiciel creation site] [creation site web] [MA2A2]
[MA2A2]
[MA2A2]
[Institut du Tout-Monde]
[Institut du Tout-Monde]
[Institut du Tout-Monde]
[]
[Archives]
[Séminaire 2016-2017]
[Cycles de l'ITM]
[Mémoires des esclavages]
[Prix Carbet]
[Prix Glissant]
[MA2A2]
[Adhérer]
[]
[]
[Les liens du Tout-Monde]
[]
[Adhérer]
[Institut du Tout-Monde]
[Recherche]
[Archives]
[]
[Les liens du Tout-Monde]
[Séminaire 2016-2017]
[MA2A2]
[MA2A2]
[Prix Carbet]
[Prix Glissant]
[Cycles de l'ITM]
[Penser la Caraïbe]
[Diversité des expériences et causes communes]
[Cycle "Le Chant du Monde"]
[Cycle Traduction]
[Cycle Art]
[Mémoires des esclavages]
[]
[]
[Dossiers]
[Dossiers]
[Dossiers]
[Dossiers]
[Dossiers]
[Dossiers]
[Dossiers]
[Dossiers]
[Dossiers]
[Dossiers]

© INSTITUT DU TOUT-MONDE

___________________________________

___________________________________

Édouard Glissant aux côtés d'une sculpture en bois brûlé de son ami Augustin Cardenas (intitulée Édouard Glissant, sculptée dans un bois de Martinique, à l'Institut martiniquais d'Études dans les années soixante-dix).

Le Musée martiniquais des Arts des Amériques (M2A2) offrira l'avantage, une fois qu'il sera installé, de se situer à une sorte de point focal de cet univers, au centre de l'arc caraïbe, lui-même en équilibre entre le Nord er le Sud américains. Pour l'instant, c'est un musée itinérant qui s'est montré tout à tour à la Maison de l'Amérique latine à Paris, puis en République dominicaine, en Haïti, au Pérou, à la Jamaïque, à Trinidad, avant d'autres destinations dans le monde.


Les œuvres présentées ici, au Salon d'Automne 2004, entrent dans le premier fonds du musée, qui s'est constitué à partir du travail des peintres et des sculpteurs latino-maricains installés en Europe et en France depuis quarante ans, et des artistes caribéens actuels. En même temps qu'il complétera sa collection, et avant son ouverture, le musée entreprendra une série de travaux, colloques, publications, expositions partielles, qui toucheront à la matière qui fait sa spécificité.


Un des horizons de travail du musée sera une Encyclopédie historique et comparée des Arts des Amériques, réalisée au sein d'un Institut du Tout-Monde qui accompagne la perspective muséale, bien des passages du présent livre sont des prémices à cette œuvre, qui sera collective ou ne sera pas. Ce projet a suscité le vif enthousiasme des personnes concernées dans toute la région. Nous nous essaierons ainsi à une série populaire de monographies des artistes des Amériques. Le M2A2 dessinne son jardin.


Parcourons dans les ravines et les favelas, les canyons et les volcans mal assoupis, les savanes et les clans de séquoiés, les hauts des mornes où le soleil et la lune ont consacré leurs temples, les cités étincelantes en équilibre sur des tremblements de terre, les quartiers encerclés et les boulevards roussis de chaleur, dans l'odeur des tacos et des marinades, nous dessouchons cette mer et la taillons de fresques, nous sculptons cette énerfie qui invente des peuples et des villes inattendues, où la souffrance et la misère se réenfouissent, à l'ombre aveugle des fusées.


(Avec ses préoccupations nouvelles, son intention d'honorer les victimes, son désir de saluer d'autres rives, le Salon d'Automne 2004 a été vraiment la Maison de toutes les Saisons.)"

"Concevoir la plupart des Arts des Amériques et se les représenter est un exercice difficile et enthousiasmant : on constate les écarts déterminants qui pourtant, au lieu de les séparer, relient entre elles les manifestations de la fonction créatrice dans ces deux continents ainsi que dans les pays de la Caraïbe qui à la fois les raccordent entre eux et en figurent les Préfaces, et on devine, à entreprendre de rapprocher ces œuvres, comme nous commençons de le faire ici, les grands Vents qui poussent des unes aux autres, et qui font de leur ensemble une étincelante unité-diversité.

Les liens d'Édouard Glissant aux arts plastiques sont nombreux, et ses écrits sur l'art sont encore insuffisamment diffusés. Quand l'écrivain projette la fondation de l'Institut du Tout-Monde, il prévoie dans le même temps la création d'un lieu dédié à l'art qui soit à la fois un carrefour des arts caribéens et une projection sur les esthétiques du monde. À deux reprises, les collections constituées du futur musée furent présentées à Paris : en 1999 dans une grande exposition à la Maison de l'Amérique latine et en 2004, au Salon d'Automne. C'est à cette occasion que Glissant synthétisa dans un texte, sa conception de ce musée original, véritable incarnation de ses conceptions de l'esthétique. Un texte repris dans La Cohée du Lamentin en 2005.


Édouard Glissant, La Cohée du Lamentin, Poétique, V (Gallimard, 2005)

LE MUSÉE MARTINIQUAIS DES ARTS DES AMÉRIQUES

  

Le concept du M2A2


  

Vous trouverez au sein de cette rubrique une présentation du concept originel du M2A2, tel qu'Édouard Glissant l'avait imaginé ; le retour sur l'une des deux expositions parisiennes des fonds du musée (celle de 1999 à la Maison de l'Amérique latine) ; les actualités de la nouvelle forme que prend désormais ce musée, décliné en une itinérance qui sera présentée en 2014 à Paris.

Le musée d'une nouvelle mondialité


Un lieu où l'art comtemporain peut magnifiquement s'inscrire, un lieu, un espace civilisationnel commun subvertissant les frontières, géographiques ou culturelles, réputées étanches. Un lieu et aussi un parti-pris. Le parti-pris d'un imaginaire partagé dont les arts plastiques porteraient témoignage autant que les musiques nomades et les littératures métisses. Le parti-pris de déchiffrer, au delà de la fragmentation des styles, l'unité complexe de leur diversité. En quelques mots, une exhortation à rendre notre histoire visible, une insurrection de l'imaginaire, une autre pratique de la mondialité.

LE MUSÉE MARTINIQUAIS DES ARTS DES AMÉRIQUES