[creation site internet] [logiciel creation site] [creation site web] [Institut du Tout-Monde]
[Prix Carbet]
[Prix Carbet - 2016]
[Prix Carbet - Archives]
[Institut du Tout-Monde]
[]
[]
[]
[]
[]
[Inscription Newsletter]
[Archives]
[Séminaire 2016-2017]
[Cycles de l'ITM]
[Mémoires des esclavages]
[Prix Carbet]
[Prix Glissant]
[MA2A2]
[Adhérer]
[Les liens du Tout-Monde]
[]
[Dossiers]
[]
[]
[]
[]
[]
[]
[Prix Carbet - 2016]
[Archives]
[Adhérer]
[Séminaire 2016-2017]
[Prix Glissant]
[Prix Carbet - 2016]
[Dossiers]
[Dossiers]
[Dossiers]
[Dossiers]
[Dossiers]
[Dossiers]
[Dossiers]
[Dossiers]
[Dossiers]
[Dossiers]
[Mémoires des esclavages]
[]
[]
[Cycles de l'ITM]
[Penser la Caraïbe]
[Diversité des expériences et causes communes]
[Cycle Traduction]
[Cycle "Le Chant du Monde"]
[Cycle Art]
[Inscription Newsletter]
[Poétiques de la résistance]
[Recherche - Colloques]
[Recherche - Pôle numérique]
[Recherche - Publications]
[MOOC]
[]
[MOOC]
[MA2A2]
[MA2A2]
[Les Écrans du Tout-Monde]
[Les Écrans du Tout-Monde]

  

LISTES DE SÉLECTION DES OUVRAGES

_______________________________________________________

Du lundi 12 au samedi 17 décembre 2016

  

"Les écritures convergentes"

Cayenne / Saint-Laurent-du-Maroni / Mana

GUYANE

________________

________________

L'Institut du Tout-Monde présente la 27e édition

du Prix Carbet de la Caraïbe et du Tout-Monde

  

LA 27e ÉDITION DU PRIX CARBET DE LA CARAÎBE ET DU TOUT-MONDE

_____________________________________________________


Les écritures sont multiples. Partout, elles saisissent la trace, la retiennent, l’assimilent au signe à partir duquel se déploie le graphe. Signe de la terre, de la pierre ou de ses origines, du soleil et de l’eau, de la danse, des lieux, des peuples, du monde, de la beauté… Le « graphe » est cette racine qui appelle la particule élémentaire : géo, litho, épi, pétro, hélio, hydro, choré, topo, ethno, cosmo, calli. La litanie tourne à l’incantation.

Les écritures, qu’elles soient anciennes ou contemporaines, immémoriales ou inédites, prennent des formes variées, innombrables, mais toutes convergent vers une même expression, de l’humain, du vivant, de la terre, du monde. Chacun, dans son langage, écrit à chaque instant, dans la mémoire ou dans le livre, sur ce papier obscur que la chambre noire révèle, dans le mouvement qu’impriment les corps, dans le rythme que prolonge l’écho du tambour, dans le savoir-faire qui se transmet, dans ce bois ou cette pierre qui demeure, dans ce sable qui s’efface ou que la mer emporte. Les écritures tracent des sillons plus ou moins éphémères. Les pétroglyphes de la crique Marouini et les roches assemblées du Mitakara gardent mémoire des mythes anciens. Mais combien d’autres, oubliées, perdues ou en voie d’extinction ? Et combien, qui s’inscrivent, là, chaque jour, dans les pratiques quotidiennes, rituelles ou ancrées dans la modernité ? Ensemble, les écritures composent un alphabet secret, qu’il reste à découvrir.

La 27e édition du Prix Carbet souhaite approcher cette pluralité des écritures et de leurs formes. Des architectes-chamanes aux artistes contemporains en passant par les projets collectifs qui, ça et là, écrivent leur histoire, toutes les expressions convergeront vers un même lieu d’échange.

© INSTITUT DU TOUT-MONDE

MEMBRES DU JURY

Ernest Pépin (Guadeloupe, Président) – Nancy Morejón (Cuba) – Lise Gauvin (Québec) – J. Michael Dash (Trinidad) – Miguel Duplan (Guyane, Martinique) – Samia Kassab-Charfi (Tunisie) – Romuald Fonkoua (France) – Evelyne Trouillot (Haïti)

Membres du jury invités : Simone Schwarz-Bart(Guadeloupe) et Christian Séranot (Guadeloupe/Guyane)

Membres d’honneurs : Patrick Chamoiseau (Martinique), Rodolphe Alexandre (Guyane), Diva Barbara Damato(Brésil).

 

(Édouard Glissant, Une nouvelle région du monde, 2006)

"Nous avons rendez-vous où les océans se rencontrent..."

  

____________

____________

PRÉSENTATION

__________________________________________________________________________________


Depuis sa création, en 1990, le Prix Carbet de la Caraïbe récompense chaque année une œuvre littéraire créolophone ou francophone au terme d'une semaine culturelle animée de rencontres, lectures, débats, projections, concerts et expositions.

Tour à tour organisé en Guadeloupe, Martinique ou Guyane, puis en Île-de-France, celui-ci ouvrit en 2009 son champ d'action et de prospection. Cette année-là, Édouard Glissant et les membres du Jury décidèrent d'une nouvelle orientation. Le Prix Carbet devait s'élargir, non seulement à la Caraïbe tout entière et aux Amériques, mais également à l'Afrique noire et à l'Afrique du Nord. « Les phénomènes communs de créolisation, les solidarités du développement, et les réels contacts culturels et artistiques dans ces régions justifient cet élargissement » annonçaient-ils. Le Prix était alors rebaptisé « Prix Carbet de la Caraïbe et du Tout-monde ». En choisissant une telle appellation, les membres du jury envisageaient de « distinguer désormais aussi bien un ouvrage qu'une œuvre globale, et ceci dans tous les domaines de la pensée, aussi bien une œuvre qu'une vie, aussi bien une création qu'un exemple et un signe vers l'avenir ». En un mot, l'intention du nouveau Prix Carbet était de promouvoir plus largement des « visions du monde », artistiques, philosophiques, esthétiques ou politiques, sensibles à ses compositions métisses, singulières et plurielles, pouvant contribuer à une meilleure connaissance des processus de créolisation. Il s'agissait également d'étendre le regard au-delà des seules productions littéraires créolophones ou francophones, en ouvrant la sélection à d'autres langues et à d'autres imaginaires.

En 2014, la 25ème édition du Prix Carbet s'est tenue à Cuba, en association avec la Casa de las Américas. Pour la première fois de son histoire, le Prix Carbet eut donc lieu dans une île hispanophone, conformément à l'intention qu'exprima Édouard Glissant en 2008 « d'organiser des assises du Prix dans les Antilles anglophones et hispanophones, mais aussi en Afrique ».

Après la tenue de la 26e édition en Guadeloupe, la 27ème édition du Prix Carbet se tiendra en Guyane en cette fin d'année 2016 pour récompenser un ouvrage paru durant l'année ainsi qu'une « vision du monde ».


  

Entendrons-nous la parole des poètes de l'oralité, comprendrons-nous l'intense feu des écritures convergentes et des pays et des paysages qu'elles lèvent et composent ?

Édouard Glissant, Les Entretiens de Baton Rouge

Écrire c'est dire, littéralement.

          Les éclats de la parole dont des manifestes de tant de peuples qui tout d'un coup sont accourus chanter leurs langues, avant que peut-être elles ne disparaissent, usées et effacées par les sabirs internationaux. L'aventure commence, pour toutes les langues de l'oralité, hier méprisées, hiers dominées. Fixations, transcriptions, et leurs pièges à éviter ; mais aussi inscriptions de ces langues dans une formation sociale qui a peut-être tendance, ou qui est amenée par force, à utiliser ce qu'on appelle une grande langue de communication, langue dominante. Le divers du monde a besoin des langues du monde.

          L'éclat des littératures orales est ainsi venu, non pas certes remplacer l'écrit, mais en changer l'ordre. Écrire c'est vraiment dire : s'épandre au monde sans se disperser ni s'y diluer, et sans craindre d'y exercer ces pouvoirs de l'oralité qui conviennent tant à la diversité de toutes choses, la répétition, le ressassement, la parole circulaire, le cri en spirale, les cassures de la voix.

                                                      Édouard Glissant, Traité du Tout-Monde