[creation site internet] [logiciel creation site] [creation site web] [Institut du Tout-Monde]
[Séminaire 2018-2019]
[Prix Glissant]
[Mémoires des esclavages]
[]
[]
[Cycles de l'ITM]
[Cycle Mémoires et Littératures de l'esclavage]
[Penser la Caraïbe]
[Poétiques d'écrivains]
[Cycle Traduction]
[Diversité des expériences et causes communes]
[Cycle "Le Chant du Monde"]
[Cycle Art]
[Poétiques de résistance]
[Prix Carbet]
[]
[]
[Institut du Tout-Monde]
[]
[]
[]
[]
[]
[Archives 2022]
[Séminaire 2018-2019]
[Cycles de l'ITM]
[Mémoires des esclavages]
[Prix Carbet]
[Prix Glissant]
[MA2A2]
[Adhérer]
[Les liens du Tout-Monde]
[]
[Dossiers]
[Recherche]
[Les MOOC de l'ITM]
[]
[]
[]
[]
[Inscription Newsletter]
[]
[]
[]
[]
[]
[]
[]
[]
[]
[Dossiers]
[Dossiers]
[Dossiers]
[Dossiers]
[Dossiers]
[Dossiers]
[Dossiers]
[Dossiers]
[Dossiers]
[Dossiers]
[]
[]
[]
[]
[Archives 2022]
[Inscription Newsletter]
[Les MOOC de l'ITM]
[]
[]
[]
[]
[Dossiers]
[Dossiers]
[Dossiers]
[Dossiers]
[Dossiers]
[Dossiers]
[Dossiers]
[Dossiers]
[Dossiers]
[Dossiers]
[]
[CIEEG]
[Colloques]
[Pulblications]
[]
[Adhérer]
[MA2A2]
[]
[]
[Les Grands entretiens de l'Institut du Tout-Monde]
[]
[]
[]
[]
[]
[]
[]
[]
[]
[]
[]
[]
[Avoir raison avec Édouard Glissant]
[]
[]
[]
[]
[]
[]
[]
[Prix Carbet 2021 - Podcasts]
[]
[]
[]
[]
[]
[]
[]
[]
[]
[]
[]
[]
[]
[]

L'Institut du Tout-Monde rejoint les collectifs d'artistes et de citoyens mobilisés depuis novembre dernier pour soutenir Domenico Mimmo Lucano, ancien maire de Riace en Calabre, injustement et lourdement condamné par la justice italienne, pour avoir porté assistance aux migrants kurdes et aux réfugiés accueillis dans son village.


Nous vous invitons à consulter la page spéciale de notre édition Mediapart, avec une présentation complète de cet héroïsme et de cette injustice, les textes afférents de soutien de Marie-José Mondzain et Edwy Plenel, ainsi que les liens concernant l'ouvrage collectif Terre d'humanité / un chœur pour Mimmo publié en janvier dernier aux Éditions Le Merle moqueur/Manifeste! avec le soutien de Mediapart

L'INSTITUT DU TOUT-MONDE SOUTIENT MIMMO LUCANO

ET REJOINT LES COLLECTIFS MOBILISÉS À CE TITRE

En quelques romans, Mérine Céco a réussi ces dernières années, à imprimer la marque d'une écriture qui semble forer dans le réel antillais contemporain, prenant la suite de la créolité selon des accents et des reliefs inédits jusqu'alors. Nous interrogerons Corinne Mencé-Caster sur les soubassements et les repères de son imaginaire créateur, de son regard d'observatrice d'une société, en somme de ses univers d'écrivaine. Nous aborderons également l'autre versant de ses écrits, à savoir ses ouvrages de linguistique et notamment, sa toute dernière publication en date, Pour une linguistique de l'intime. Habiter les langues (néo)romanes, entre français, créole et espagnol (Classiques Garnier, 2021).    Séance présentée par Loïc Céry (ITM).


Nous vous proposons ici le podcast de la séance de notre cycle pluridisciplinaire « Penser la Caraïbe, penser le monde », du mardi 29 mars 2022, autour de l'un des écrivains majeurs de la littérature antillaise d'aujourd'hui, Corinne Mencé-Caster (professeure de linguistique hispanique en Sorbonne), alias Mérine Céco, pour une séance qui dressera le panorama d'une œuvre en devenir, à la fois singulière et fondamentale dans le paysage littéraire caribéen.

« LES UNIVERS DE CORINNE MENCÉ-CASTER » : PODCAST DE LA SÉANCE DU

29 MARS 2022, DU CYCLE « PENSER LA CARAÏBE, PENSER LE MONDE »

Ainsi les artistes, les tembeman, sculptent et peignent toujours. Sous leurs doigts, les objets du quotidien se transforment en œuvres d’art (un peigne, un plat, une pagaie, etc.), ils sont fabriqués pour soi, offerts à l’autre, en particulier à la femme aimée, ou vendus à des clients. Les femmes confectionnent des capes, calimbés, foulards, en renouvelant constamment techniques et formes, selon une esthétique cependant bien identifiable. L’art dont il sera question dans cette exposition est un art d’émancipation mais aussi un art social qui célèbre les rencontres et qui parle d’amour.


Pour comprendre ces peuples, issus du refus du sort qu’on leur avait réservé, nous donnerons la parole aux témoins, ceux du temps de l’esclavage et les témoins d’aujourd’hui. De cette façon, nous découvrirons une culture originale, née de la guerre et qui réprouve toute forme d’oppression.


Cette exposition présente donc au public des œuvres très rarement exposées. On peut citer par exemple la collection constituée par le poète Léon-Gontran Damas dans les années 1930 sur le fleuve Maroni.


Pour tous ceux qui se désignent eux-mêmes aujourd’hui comme Bushinenge ou encore Busi konde sama, il s’agit ici de (re) découvrir une page de leur histoire et de leur patrimoine vivant.


Cette exposition entend contribuer à faire connaître une population trop souvent ignorée, sans l’enfermer dans le passé, tout en sensibilisant le public à une esthétique qui se réinvente et se joue des catégories (patrimoine / création, art / artisanat, arts premiers / art contemporain, etc.).


Ce parcours sera pour le visiteur et le lecteur, nous l’espérons, une belle rencontre avec des hommes et des femmes attachés à leur identité et à leur liberté.


En partenariat avec le musée du quai Branly – Jacques Chirac, la Fondation Livin' Tembé, le Centre d’Art et de Recherche de Mana (CARMA), la Fondation Pierre Verger, le Ministère des Outre-mer, le Ministère de la Culture, Air Guyane Express, la Fondation pour la Mémoire de l’Esclavage, la Collectivité territoriale de Guyane et l'Institut du Tout Monde.

Elle s’accompagne d’un livre publié en co-édition avec les Éditions Loco, préfacée par Christiane Taubira, et d’un cycle de conférences-projections (voir programme détaillé) de films documentaires pour mettre en valeur l’histoire et les productions plastiques de peuples d’origine africaine transportés de force en Amérique du Sud et qui se sont structurés en sociétés issues de la fuite et du refus de l’esclavage.


Au Suriname et en Guyane française, où la forêt les a protégées, ces sociétés (les Saamaka, Dyuka, Paamaka, Boni-Aluku, Matawai et Kwinti) ont d’abord dû défendre leur liberté, puis se construire, se développer et la paix revenue exprimer leur sens du beau, de la grâce : le moy.


Notre ambition est de donner à voir et de contextualiser la continuité et la créativité artistique exprimées par ces peuples, en présentant des objets produits dans la première moitié du XXe siècle, devenus collections de musée, et un aperçu des créations actuelles. Car contrairement à ce qu’ont pu penser certains ethnologues dans les années 1930, lorsqu’ils collectaient non pas des œuvres d’art mais des pièces à « conviction » – des pièces d’études de peuples en voie de disparition – les Marrons ont continué de vivre à leur façon et de créer.


  

Objets et photographies issus des collections du musée du quai Branly - Jacques Chirac ; Art (tembe), peinture et photographie contemporaine, textiles. Iconographie.


Commissaires : Geneviève Wiels et Thomas Mouzard.


Artistes et photographes présentés : Sherley Abakamofou, Carlos Adaoudé, Franky Amete, Wani Amoedang, Antoine Dinguiou, Karl Joseph, Antoine Lamoraille, John Lie A Fo, Nicola Lo Calzo, Feno Montoe, Ramon Ngwete, Gerno Odang, Marcel Pinas, Pierre Verger.


L’exposition « Marronnage, l’art de briser ses chaînes » est proposée par la Maison de l’Amérique latine sur une idée d'Hervé Télémaque.

VOIR SITE DE LA MAISON DE L'AMÉRIQUE LATINE

Cette séance de l'Institut du Tout-Monde se déroulera la veille du vernissage de l'exposition « MARRONNAGES. L'ART DE BRISER SES CHAÎNES » qui se tiendra à la Maison de l'Amérique latine du 12 mai au 24 septembre 2022

PODCAST : « ÉDOUARD GLISSANT : PENSÉE DE L'HISTOIRE ET DES MÉMOIRES, HARMONIQUES DES IDENTITÉS COLLECTIVES »

LOÏC CÉRY (directeur du Centre international d'études Édouard Glissant au sein de l'Institut du Tout-Monde et auteur de l'étude critique en deux volumes Édouard Glissant, une traversée de l'esclavage - Éditions de l'ITM, 2020), proposait lors de cette séance de notre cycle « Mémoires et littératures de l'esclavage : écrire la trace, tramer l'histoire », un parcours synthétique de cette ample pensée de l'histoire, de la mémoire et de l'identité, un parcours fondé à la fois sur son étude et sur une sélection inédite d'archives audiovisuelles d'interventions et d'entretiens avec Édouard Glissant.


Présentation et enjeux de la conférence, voir sur Le Club Mediapart :

« Édouard Glissant et nous : la Relation à l'épreuve de notre temps. »


MARDI 10 MAI, 19h. Auditorium de la Maison de l'Amérique latine.

Aborder l’œuvre d’Édouard Glissant sous l’angle de son ample pensée de l’histoire et en particulier, par le prisme de sa vision de l’esclavage ne consiste pas à se cantonner à un « thème » parmi d’autres. Il s’agit plus exactement, d’en considérer à la fois la matrice et le creuset à partir desquels se déclinent une vision des mémoires, une conception spécifique du passé (son appréhension par la « trace »), une projection prospective dans les futurs du monde, et une définition ouverte et dynamique des identités collectives. C’est dire combien dans le cas de Glissant, la question historique, celle de l’esclavage considéré comme une entité intégrale de la colonisation, ne saurait se restreindre à un répertoire programmatique, quand il est question de la voie par laquelle l’écrivain-poète-dramaturge-essayiste a élaboré dans sa globalité une vision du monde qui, on le constate encore, continue de fasciner par son ampleur et son originalité. Rien, décidément, dans la pensée moderne, ne ressemble à cette parole qui se fait entendre par les voix plurielles des genres, pour épeler l’histoire en polyphonie comme cadre où se déroule le drame humain mais où se jouent aussi les ressorts inattendus de la Relation.

L'INSTITUT DU TOUT-MONDE A CÉLÉBRÉ LE 10 MAI, JOURNÉE NATIONALE DES MÉMOIRES DE LA TRAITE, DE L'ESCLAVAGE  ET DE LEURS ABOLITIONS :

SÉANCE SPÉCIALE DU CYCLE « MÉMOIRES ET LITTÉRATURES DE L'ESCLAVAGE », MARDI 10 MAI, PARIS, MAISON DE L'AMÉRIQUE LATINE

LES 4 NOUVELLES PARUTIONS DES ÉDITIONS DE L'INSTITUT DU TOUT-MONDE : ÉDOUARD GLISSANT ET LA POÉTIQUE DES ARTS DE GÉRALDINE BANARÉ, MYSTÉRIEUSES BLEUITÉS DE JL. TAMBY, ET QUE CHAQUE LAME ME SOIT CRI DE JD. BONAN, ALÈTHEIA DE M. PARIZE-VALDOR

SÉANCE DU VENDREDI 21 JANVIER 2022

Anton Wilhelm Amo, rescapé de la Traite et philosophe du Siècle des Lumières allemand

PAR DRISS GHARMOUL ET LOÏC CÉRY


Une évocation à deux voix de l'itinéraire et du symbole que représente le philosophe Anton Wilhelm Amo (1703-1759), cette figure si méconnue et pourtant si centrale de l'Aufklärung, dont à la fois le destin de rescapé de la Traite et l'œuvre fondamentale où est pourfendue la légitimité juridique de l'esclavage, en font un personnage exceptionnel. Séance en deux temps : « Amo, lumière noire », par Driss Gharmoul (Sciences Po Paris) / « Portrait du philosophe en Batouto : Amo selon Édouard Glissant » par Loïc Céry (ITM).

PODCAST DE LA SÉANCE DU 21 JANVIER 2022 DU CYCLE

« MÉMOIRES ET LITTÉRATURES DE L'ESCLAVAGE »

PAR DRISS GHARMOUL ET LOÏC CÉRY

VIDÉO DE L'INAUGURATION DE LA PROMENADE ÉDOUARD GLISSANT À PARIS LE 21 SEPT. 2021 PAR ANNE HIDALGO, MAIRE DE PARIS

  

SÉANCE DU VENDREDI 1ER OCTOBRE 2021

Les mondes de l'esclavage - Entretien

avec Paulin Ismard et Cécile Vidal


Paulin Ismard (professeur d'histoire grecque à l'université d'Aix-Marseille) et Cécile Vidal (directrice de recherches à l'EHESS), pour l'ouvrage marquant qu'ils ont respectivement dirigé et coordonné au Seuil, Les mondes de l'esclavage, réel tournant historiographique. Une approche d'histoire comparée qui fera date dans le champ qui nous occupe et un moment important pour la recherche.

PODCAST DE LA SÉANCE DU 1er  OCTOBRE 2021 DU CYCLE

« MÉMOIRES ET LITTÉRATURES DE L'ESCLAVAGE »

FRANCE CULTURE

19-23 juillet 2021


En direct tous les jours à 12h, puis

en podcasts sur

le site de France Culture et le site

de l'Institut du

Tout-Monde.



  

La parution du N° 1 des Cahiers du Tout-Monde, qui était prévue il y a quelques mois de cela, s'est effectuée pour de bon cette fois-ci le 21 juillet, aux Éditions de l'Institut du Tout-Monde. Lancement effectif donc de l'organe critique du CIEEG de l'Institut du Tout-Monde (Centre international d'études Édouard Glissant créé en 2018), disponible sur les plateformes numériques (Amazon, Pumbo), et sur commande en librairie.

  

JUILLET 2021 : PARUTION DU N° 1 DES CAHIERS DU TOUT-MONDE, REVUE

DU CENTRE INTERNATIONAL D'ÉTUDES ÉDOUARD GLISSANT DE L'ITM

  

SUR FRANCE CULTURE, DU 19 AU 23 JUILLET 2021 :

« AVOIR RAISON AVEC ÉDOUARD GLISSANT »

  

L'ITM VOUS PROPOSE 2 RENDEZ-VOUS EXCEPTIONNELS, VENDREDI 1er ET LUNDI 11 OCTOBRE 2011 :

  

  

QUI SOMMES-NOUS ?

NOS ACTUALITÉS

un pôle éditorial : les Éditions de l'Institut du Tout-Monde

NOS DOSSIERS THÉMATIQUES (RUBRIQUE « LES DOSSIERS DE L'ITM »)

Depuis 2020, l'ITM s'est dôté d'un pôle éditorial, les Éditions de l'Institut du Tout-Monde. Un pôle dévolu dans un premier temps à l'édition de nos travaux de recherche mais aussi à une réelle activité de diffusion que nous nous efforcerons d'amplifier graduellement. N'hésitez pas à consulter le site spécifique des ÉDITIONS DE L'INSTITUT DU TOUT-MONDE, bien sûr rattaché à notre site principal, et dont l'objet est de présenter dans le détail nos différentes collections ainsi que nos premiers ouvrages.

LES ÉDITIONS DE L'INSTITUT DU TOUT-MONDE

le Centre international d'études Édouard Glissant (CIEEG)

INSTITUT DU TOUT-MONDE  fondé par Édouard Glissant en 2006

(Édouard Glissant, Une nouvelle région du monde, 2006)

"Nous avons rendez-vous où les océans se rencontrent..."

  

LES FOCUS DE L'ITM

  

les soirées « Poétiques de résistance » proposées par Sylvie Glissant à la Maison de la Poésie de Paris

un pôle Cinéma dirigé par Mathieu Glissant, comprenant « Les Ateliers du Quatrième Siècle » et « Les Écrans du Tout-Monde »

© INSTITUT DU TOUT-MONDE

un Cycle « Diversité des expériences et causes communes » (2016-2017), en partenariat avec NYU et la FMSH

un Cycle « Penser la Caraïbe, penser le monde », en partenariat avec la FMSH

le programme d'information et de sensibilisation « Mémoires des esclavages » (volet Internet coord. par le Pôle numérique)

un pôle numérique dirigé par Loïc Céry, en charge de l'ensemble des extensions numériques de l'ITM

les « Dossiers de l'Institut du Tout-Monde » produits par le Pôle numérique de l'ITM

un déploiement nouveau du projet initial d'Édouard Glissant, du M2A2 (aujourd'hui « Musée du Tout-Monde »).

un Cycle Art dirigé par Yann Toma (2013-2014), en partenariat avec l'Univ. Paris I Panthéon-Sorbonne

un Cycle consacré à la traduction, dirigé par Loïc Céry (cycle prolongé par le MOOC « Parcours de Traductologie »)

un Cycle portant sur les poétiques du monde : « Le Chant du monde », présenté par Sylvie Glissant

le Prix Carbet de la Caraïbe et du Tout-Monde, fondé en 1989

le Prix et la Bourse Édouard Glissant, créés en 2002 à l'initiative de l'Université Paris VIII

un Séminaire universitaire annuel, par l'équipe scientifique de l'Institut du Tout-Monde

Pour être informés en temps réel de toutes nos actualités, n'hésitez pas à vous inscrire à notre Newsletter. Indiquez-nous l'adresse mail à laquelle vous souhaitez la recevoir :



  

Pour nous contacter à propos de toute question

concernant nos activités, utilisez l'adresse mail de l'ITM :


administration@tout-monde.com

L’Institut du Tout-Monde a été créé en 2006 à l’initiative d’Édouard Glissant, avec le soutien du Conseil régional d'Île-de-France et du Ministère de l’Outre-Mer.

Directrice de l'ITM : Sylvie Glissant

Président de l'ITM : François Vitrani

Ce réseau est en lien avec différentes structures et institutions culturelles telles que : Théâtre de la Chapelle du Verbe incarné (Compagnie du Tout-Monde, Avignon) ; Association Tout-Monde (Guadeloupe) ; Prix Carbet de la Caraïbe et du Tout-Monde ; Maison de l'Amérique latine (Paris) ; Casa de las Americas (Cuba)... La plupart des manifestations publiques de l'ITM sont menées à Paris, Maison de l'Amérique latine.




L’Institut du Tout-Monde fut fondé en premier lieu par Édouard Glissant en 2006 à partir d’une esthétique et d’une pensée et d’une intention poétique, celle qui avait traversé son œuvre et fait la trame de ses engagements. L’ITM est ainsi devenu un lieu rhizome de la Relation et un lieu d’échanges, une plateforme où se rencontrent les imaginaires et les écritures du monde, un espace où se dit la créolisation, un observatoire des pas imprévisibles de la mondialité, de ses accidents, des incidences et métamorphoses du vivant, un chantier des utopies du Tout-monde. Dans cette optique, l’ITM a progressivemet mis en place des ateliers, des séminaires, des cycles pluridisciplinaires, un musée nomade des arts des Amériques (le M2A2), des rencontres poétiques déclinées en  « archipels baroques » (les soirées « Poétiques de résistance »),  deux prix littéraires - le Prix Carbet de la Caraïbe et du Tout-Monde ; le Prix et la Bourse Édouard Glissant -, des groupes de recherches qui relient, relaient, relatent des espaces de pensées et de tremblements du monde. L'ITM a également fondé en son sein en 2018 le Centre international d'études Édouard Glissant.


L’objectif poursuivi par Édouard Glissant consistait à fonder un vaste réseau culturel à la fois francilien, interrégional, international, et en très étroite connexion avec les régions d'Outre-Mer. Aujourd'hui, l'ITM c'est à la fois :

L'INSTITUT DU TOUT-MONDE, fondé par Édouard Glissant en 2006

________________________________________________________________________________________________________________________________