[creation site internet] [logiciel creation site] [creation site web] [Institut du Tout-Monde]
[Institut du Tout-Monde]
[Institut du Tout-Monde]
[]
[Archives 2017]
[Séminaire 2016-2017]
[Cycles de l'ITM]
[Mémoires des esclavages]
[Prix Carbet]
[Prix Glissant]
[MA2A2]
[Adhérer]
[]
[]
[Les liens du Tout-Monde]
[]
[]
[]
[]
[Muséed du Tout-Monde]
[Denetem Touambona]
[Mai de l'ITM - Séminaire]
[Christiane Taubira]
[Journée des Mémoires 2016]
[Journée Stuart Hall]
[Les Indes - Édouard Glissant]
[Mai de l'ITM - Séminaire]
[Cycles "Caraïbe" / "Diversité"]
[Journée Édouard Glissant 2016]
[Balveer Arora]
[Muséed du Tout-Monde]
[Mai de l'ITM]
[Archives 2017]
[Adhérer]
[Séminaire 2016-2017]
[Prix Glissant]
[Prix Carbet - 2016]
[Dossiers]
[Dossiers]
[Dossiers]
[Dossiers]
[Dossiers]
[Dossiers]
[Dossiers]
[Dossiers]
[Dossiers]
[Dossiers]
[Mémoires des esclavages]
[]
[]
[Cycles de l'ITM]
[Penser la Caraïbe]
[Cycle Traduction]
[Diversité des expériences et causes communes]
[Cycle "Le Chant du Monde"]
[Cycle Art]
[MA2A2]
[Inscription Newsletter]
[MA2A2]
[Poétiques de résistance]
[Les MOOC de l'ITM]
[]
[MOOC Traduction]
[Colloques]
[Pôle numérique]
[Pulbications]
[Les Écrans du Tout-Monde]
[Les Écrans du Tout-Monde]

À notre tour de remercier Sophie Bourel de restituer Les Indes avec une telle force, et de transmettre avec ferveur cette trace des mémoires brisées.

Karim Touré, Compositeur et Percussionniste - Depuis  de longues années, Karim Touré joue, compose, enseigne. Il aime franchir les barrières esthétiques : musiques du monde, musique baroque, chanson (Souchon, Guidoni ..), funk, free- jazz. Il est également membre de l'Ensemble Variances de Thierry Pécou. Il se produit avec le poète Haïtien James Noël et travaille avec la comédienne Sophie Bourel. Il compose et joue la musique du spectacle, Les Indes d'Edouard Glissant. Il enseigne la percussion au Studio des Variétés dirige un atelier musical pour enfants handicapés à l'IME d'Arques-la-Bataille ainsi qu'au Centre Normandie Lorraine de Rouen  (enfants mal voyants, non voyants, autistes).

  

Sophie Bourel (Compagnie La Minutieuse), comédienne, joue au théâtre sous les directions notamment d’Elizabeth Chailloux, Dominique Lurcel, Brigitte Jaques, Philippe Ferran, Marie-Claude Morland, Christophe Tiry et Marie-José Malis…

Elle exprime sa passion de la littérature et de la poésie au travers de lectures de et avec Edouard Glissant, Saint John Perse, Rimbaud, Alain Borer, Dante, Jacqueline Risset, Yves Bonnefoy, Paul Claudel, Jean Marie Le Clezio, Alain Mabanckou, Lydie Dattas, Madame Guyon, Valère Novarina, Georges Pérec, Max Jacob, Guy Goffette, Geneviève Brisac, Raphael Confiant, Marguerite Duras, James Noel, Badr Châker as-Sayyâb, Etel Adnan, ou encore Shakespeare  au théâtre de l'Odéon cette saison aux côtés de Raphaël Enthoven.

Sophie Bourel participe aussi à de nombreuses fictions et émissions pour France Culture Elle anime des ateliers auprès de classes de CM1/CM2 pour la ville de Paris. Pour L'Institut du Tout Monde et la région Ile de France, elle travaille depuis plusieurs années avec des lycéens et des classes de primo arrivants, au sein d'ateliers de lecture de poésie à voix haute qu'elle a mis en place et construits au fur et à mesure de ses expériences.

Elle met en scène un événementiel baptisé « Mots Écrits » : ateliers de lectures à voix haute pour amateurs (du collégien au retraité )suivis de mise en espace de lectures publiques en lien avec les archives de la première guerre mondiale qui sera présenté en 2017/2018 dans plusieurs villes de France dont Brest où Patricia Adam, Député du Finistère, lui octroie une subvention sur sa réserve parlementaire.

Elle travaille depuis le mois de septembre 2015 à la Maison d’arrêt de Réaux.

Elle joue très régulièrement à la maison de la poésie à Paris.

www.sophie-bourel.fr

  

Sur le site de Sophie Bourel, rubrique consacrée au spectacle : dossier, extraits, archives.

EN SAVOIR PLUS

___________________________________________________________

RENSEIGNEMENTS PRATIQUES

________________________________________________________

Cliquer ici pour réserver sur le site de la Maison de la Poésie

Réservations indispensables : 01 44 54 53 00 (du mardi au samedi de 15h à 18h) ou par internet (www.maisondelapoesieparis.com, accueil@maisondelapoesieparis.com).

Tarif : 10 euros/ 5 euros pour les abonnés

La Maison de la Poésie : Passage Molière – 157, rue Saint-Martin, 75004 Paris. M° Rambuteau.

Indes ! ce fut ainsi, par votre nom cloué sur la folie, que commença la mer.

Avait-elle pris forme ou pris naissance, dites-le, jusqu’à ce jour

Quand les vieillards de ce côté que verdit le soleil, se levèrent

Et dirent, balbutiant : « Où va le souffle, sont les Indes ! »

Ils priaient. Et faisaient lance de leur dieu pour le planter sur la première grève.

Puis ils partirent.                                                               

                                                        Edouard Glissant, Les Indes

  

Ce spectacle qui avait remporté un franc succès en 2015, est repris cette année par Sophie Bourel accompagnée par Karim Touré à la Maison de la Poésie dans le cadre du "Mai de l'ITM" pour une représentation exceptionnelle le 10 mai, dans le prolongement de la « Journée des Mémoires / Les 10 ans de l’ITM » qui se sera déroulée le même jour, de 14h à 19h à la Cité internationale des Arts.

La voix des mémoires brisées


Publié en 1956, le recueil Les Indes constitue à n’en pas douter le socle essentiel de l’œuvre poétique de Glissant, alors jeune écrivain martiniquais qui sera couronné deux ans plus tard par le Prix Renaudot pour La Lézarde. Souvent comparé au Saint-John Perse de Vents pour son souffle épique, le poème dessine une manière de contre-pied tragique à l’épopée de la conquête : s’inspirant du Journal de Christophe Colomb, c’est ici le cauchemar de la traite qui fournit le motif de ces six chants douloureux par lesquels Glissant édifie le puissant mémorial du crime colonial.


En entrant dans l’intimité même de cette parole de passion et de sang, la comédienne Sophie Bourel parvient dans sa lecture intégrale de l’œuvre, à restituer avec une étonnante justesse tout l’élan d’un texte si dense. Son approche du poème dépasse l’écran d’une lecture distanciée : elle parvient à en incarner les ondoiements, en épouser la violence et à la faveur d’une attention fine au rythme du texte, elle nous en offre finalement tout le prix, celui d’une blessure transcendée.


« Il faut savoir dire merci à celui qui fait à notre langue l’inestimable don de cet usage royal » : on connaît l’exclamation enthousiaste d’Aragon à la lecture de ce chef-d’œuvre de Glissant.


                                                                                                                    

                                                                                                               Loïc Céry          

  

Les Indes s’adresse à chacun d’entre nous, raconte l’origine d’un monde qui est nôtre et réveille les traces et les traumatismes enfouis, qui constituent le socle de notre relation au monde. Il y est question de notre mémoire collective et surtout du silence posé sur un passé douloureux.


Lorsqu’Édouard Glissant me reçut chez lui pour la première fois, parce que je lui avais demandé de m'entendre lire Les Indes, il a poussé les piles de livres et de papiers de sa table de travail pour m'inviter à m'y installer, il m'a dit "je vous écoute"- et j'ai plongé toute entière. Dans quoi ai-je plongé je ne saurais le dire précisément sans risquer de réduire son inventivité, son souffle, cette intelligence qui ondoie et se révèle. J'ai partagé la Beauté, c'était cela Les Indes : un grand feu de beauté qui purifiait notre histoire et me la restituait avec le devoir impérieux d'en faire quelque chose. Et dans ce voyage et cette restitution, Karim Touré a su m’accompagner de ses évocations musicales, qui soulignent le rythme du poème et en scandent la profération.                                                           

                                                                                                Sophie Bourel

Mardi 10 mai 2016,  20h, Maison de la Poésie

LES INDES - ÉDOUARD GLISSANT

_________________________________________________________________________________________________

(Édouard Glissant, Une nouvelle région du monde, 2006)

"Nous avons rendez-vous où les océans se rencontrent..."

  

© INSTITUT DU TOUT-MONDE